L’hôtellerie indépendante et ses fournisseurs peuvent reprendre leur destin en main

C’est une décision qui est presque passée inaperçue car tombée avant les fêtes de Noël. Elle concerne les plateformes de réservation hôtelières (OTA). Trois autorités de la concurrence française, italienne et suédoise ont obtenu l’abandon de la parité tarifaire pour Booking.com. Grâce à une clause juridique contractuelle, les hôteliers devaient « consentir des conditions tarifaires aussi avantageuses que celles consenties aux autres plateformes, y compris leurs propres sites ! »

copyright GP
En fait, c’est la commission européenne qui aurait dû centraliser cette décision mais vu le contexte économique européen, nul doute que des cabinets d’avocats s’engouffreront dans la brèche pour d’autres pays également impactés par les marges captées par ces OTA en Europe.
Revenons à la France, première destination touristique dont l’hôtellerie indépendante et de chaîne est une véritable force alliant savoir-faire, compétences recherchées (cf. la réussite mondiale d’Accor) et dont la vitalité économique permet à des milliers de fournisseurs de vivre des retombées de la fréquentation touristique de la France, tout en innovant.
Monter en gamme, investir dans son hôtel
Le dernier gros salon en date du secteur, Equip’hotel, s’est montré particulièrement confiant et dynamique sur les tendances à l’investissement du secteur. Avec 111 064 professionnels présents dont 19 % d’internationaux, 250 animations en live, les retombées en matière d’investissement devraient se faire ressentir en 2015 en Europe et en France.
La montée en gamme de l’offre décoration et une offre « aménagement du bâtiment et des matériaux » était visible sur place. L’innovation est bien souvent présente chez les exposants ; et les hôteliers savent bien que pour s’adapter à l’explosion du modèle Air BnB (particuliers à particuliers avec des surprises possibles selon la qualité de l’appartement loué), ils doivent pouvoir continuer à jouer la carte de leur valeur ajoutée dans cette mutation sociétale de consommation. En bref proposer de plus en plus de services personnalisés (clientèle famille et business toujours plus exigeante), une propreté irréprochable, des conseils sur les endroits touristiques ou les facilités business proches et bien sûr des décorations, univers, meubles surprenants, design…Il y a des clientèles internationales et françaises pour chaque type d’hébergement. Elles sont désormais captables en grande partie grâce à internet, les réseaux sociaux et la fidélisation.
Faire connaître à sa clientèle ses efforts d’innovation
Tout l’enjeu de cette décision de Bruxelles devrait permettre à l’hôtelier indépendant de reprendre la main sur ses promotions destinées à son marché d’habitués, de consommateurs régionaux et nationaux, tout en continuant à se servir de manière dosée des OTA pour ajuster le Revpar (taux d’occupation), tout en connaissant bien les marges pratiquées (jusqu’à 17% !) ? Une fois cet équilibre retrouvé, ces hôteliers à taille humaine réinvestiront leurs gains dans une décoration unique, personnalisée, créant leur propre univers, ce qui fait le charme de nombreux hôtels indépendants sur tout le territoire. A condition de le faire savoir en étant accompagné dans leur stratégie digitale (réseaux sociaux), afin d’utiliser les mêmes canaux marketing que les grandes chaînes, avec ce petit plus (décoration, accueil, attentions spécifiques, humanisation du réceptif…) qui permet de fidéliser ses clients et de se différencier.
Quant à ceux qui souhaiteraient quitter les OTA mondiaux, des alternatives existent désormais avec le modèle associatif Fairbooking, une plateforme d’initiative hôtelière née en France pour redonner des avantages aux clients sans écraser les marges hôtelières. Autant de possibilités pour les acteurs indépendants de reprendre leur destin et leur communication (digitale) en main.

Fr.N. www.contenusetstrategies.com DR texte et photo-Stella Cadente-hôtel privé-Provins (GP/Fr.N.)

Contenusetstrategies.com est là pour vous accompagner et vous conseiller dans toutes ces étapes à mettre en place. Nous formons si besoin vos équipes dans le cadre de modules existants (deux formateurs : une experte du management et tourisme durable et un expert des réseaux sociaux et des stratégies éditoriales – et une pratique du secteur de l’hôtellerie depuis 10 ans en France et à l’étranger).

 

Retour sur « La Presse au futur » : réseaux sociaux et médias imbriqués

Alors que l’économie des PME/PMI et des TPE souffre durablement de la crise économique et redoute les changements numériques à apporter afin de s’adapter à ses clients, être plus visibles de ses prospects, la presse écrite a dû se réinventer en prenant le virage digital et retrouver une audience de masse, tout en conservant ses fondamentaux que sont l’exigence de la qualité de l’information et des contenus, seul gage de crédibilité et de confiance envers ses lecteurs.

Quartz-saisie -écran-Contenusstrategies-9-ok

C’est plutôt un message d’espoir qui ressort du salon « La presse au futur » qui s’est tenu les 26 et 27 novembre dernier à Paris. En plus des nombreuses entreprises présentes pour faire connaître leurs innovations appliquées à l’édition, la presse quotidienne régionale et nationale, la presse en ligne, la veille en ligne, plusieurs conférences ont su mobiliser de nombreux professionnels de ces secteurs.
Le cas du magazine économique La Tribune, repris à la barre du Tribunal de commerce par Jean-Christophe Tortora pour basculer un grand quotidien économique Français imprimé en numérique est emblématique de cette mutation. « Le journal est une marque. Il aura 30 ans en 2015. Les contenus continuent à être rédigés par nos journalistes. Le passage au web ne devait pas être une uniformisation de l’information. Nous avons décidé de renforcer l’interactivité avec nos lecteurs en développant la dimension locale et celle des territoires. Aujourd’hui, plus de deux ans et demi après, nous redéployons des bureaux régionaux (10) et organisons des événements et des forums pour être plus visibles. Le forum « Smart city à Paris » a compté 10 000 inscrits ( !). Le site www.latribune.fr/ rassemble 5,8 millions de visites/mois et nous avons tenu à conserver notre édition papier du vendredi, y compris pour nos anciens abonnés dont 65% nous ont suivi », témoignait Jean-Christophe Tortora, PDG de La Tribune qui a en partie réussi son pari de la transition numérique puisque le journal a des projets d’avenir en régions dès 2015. Afin de créer de l’interactivité avec ses clients : les lecteurs.

Le lecteur et le client changent : idées innovantes aux USA

Autre temps fort de ce salon : la conférence « Made in USA », présentée par Marie-Catherine Beuth, correspondante au Figaro Economie, diplômée de Stanford et spécialiste des médias US. Devant une salle bondée, elle a présenté les dernières tendances digitales et print qui démontrent la capacité d’innovation de la presse liée au web, laquelle repose largement sur les réseaux sociaux pour son développement. Parmi les dix cas évoqués, on retiendra Quartz (qz.com ), un site d’actualité économique transposable sur tous les terminaux orienté utilisateurs ; http://www.vox.com/, un site pour rendre intelligible des sujets complexes ; http://www.beaconreader.com/, une plateforme permettant aux lecteurs de financer des journalistes sur des sujets les tenant à cœur (modèle crowndfunding) ; http://www.ozy.com/, un site rassemblant « les infos qui comptent » avec une accroche visuelle forte et des textes courts pour lectorat pressé et jeune ; ou encore https://www.californiasunday.com/, une publication indépendante en ligne qui a tissé des partenariats avec les grands quotidiens locaux et a réussi à toucher 400 000 lecteurs du jour au lendemain, grâce à un supplément dominical.

Ces mutations digitales s’appliquent au secteur des PME et PMI Françaises innovantes qui ont bien compris que pour rebondir et trouver de nouveaux marchés, cette mutation était incontournable. Elles nécessitent de nouvelles compétences (développeurs, webdesign, paiement en ligne, community managers, social media managers, référenceurs, etc) et forcément des investissements rapides afin d’être en phase avec leurs marchés.

Fr.N.-www.contenusetstrategies.com copyright.Ph : Quartz.com DR

Contact : frednicolas17@gmail.com-www.contenusetstrategies.com/accompagnement en stratégies éditoriales et digitales. @emicfdnicolas.