Archives de Tag: Emplois

La production #MadeinFrance devient une tendance de fond en 2019

Machine fabriquant du textile haut de gamme chez Garnier Thiebaut dans les Vosges à Gerardmer-
Photo Fr.Nicolas Droits réservés

Alors que les pionniers du MadeinFrance n’étaient pas toujours pris au sérieux il y a encore dix ans, la tendance de fond des relocalisations industrielles et des créations de marques pure player surfant avec succès sur le phénomène Made in France s’installe durablement. Les consommateurs français ont bien compris à quel point une production locale était synonyme d’emplois concrets. Même les acheteurs dans le B to B en tiennent de plus en plus compte d’après une étude d’AgileBuyer parue en janvier 2019.

C’est plus qu’une tendance de consommation et elle concerne désormais aussi bien les consommateurs sur un acte d’achat des particuliers que des professionnels. Acheter un produit ou un service produit en France devient petit à petit un réflexe pour de plus en plus d’entreprises, d’après la récente étude d’AgileBuyer, cabinet conseil et ressource achat, parue dans Les Echos et L’Usine Nouvelle du 8 janvier 2019.

« Alors que ce type de comportement des acheteurs paraissait improbable il y a encore une dizaine d’années, ces derniers cherchant bien souvent à diminuer les coûts, on assiste à une prise de conscience de la part des directions achat des grands groupes basés dans l’hexagone souhaitant défendre -comme c’est le cas dans la plupart des pays dans le monde- les achats de productions réalisées sur le territoire français : « C’est l’un des résultats marquants, pour ne pas dire une surprise, de cette édition 2019. Le Made In France (ou l’achat local) est considéré par une majorité d’acheteurs (53%) comme un critère d’attribution du business. Non seulement ce pourcentage passe pour la première fois au dessus de la barre des 50% depuis qu’il est mesuré, mais il progresse de manière constante : uniquement 31% en 2017 et 43% en 2018 », résume l’étude AgileBuyer édition 2019.

Les pays à bas coûts de moins en moins attractifs

Si on y regarde plus en détails, on constate que selon les secteurs économiques, les chiffres ne sont pas les mêmes : à la question : « Considérez-vous le MadeinFrance (ou achat local) dans vos critères d’attribution de business ? », on retient que les meilleurs élèves sont l’agroalimentaire/restauration/loisirs (78%), suivi de la communication/médias (71%), puis de la mode et du luxe (64%)…tandis que les secteurs qui en tiennent le moins compte -et donc les plus soumis à la mondialisation- sont l’automobile (32%), la pharmacie/Santé (44%) ou encore l’Informatique/Télécoms (44%).

Les achats dans les pays à bas coûts baissent de manière continue chez les acheteurs depuis cinq ans : « le nombre d’entreprises souhaitant augmenter la part de leurs achats dans les pays à bas coûts continue de baisser parallèlement : 19% en 2019 contre 21% en 2018. Et là aussi, ce résultat enregistre une baisse continue depuis 2015. Cette double tendance peut notamment s’expliquer par la hausse des coûts salariaux et de production observée dans les pays à bas coûts depuis plusieurs années. Dès lors, ces derniers apparaissent comme moins compétitifs si l’on raisonne en coûts complets et que l’on prend en compte l’essentiel des coûts de la supply chain. »

Filière textile en phase de relocalisation en France

La pression des consommateurs finaux joue également de plus en plus dans la décision des marques de pouvoir communiquer sur le MadeinFrance. Le secteur agroalimentaire est emblématique du repositionnement global de la filière. Avec le succès d’une marque comme C’est qui le patron?qui a su répondre à la crise très dure que traversait la filière laitière il y a 4/5 ans en produisant ses propres produits (lait, fromage, œufs, beurre, etc) garantis 100% fabriqués en France et transformés localement, avec une stratégie marketing redoutable (notamment une présence intense sur les réseaux sociaux)-malgré un emballage très basique-les consommateurs ont massivement répondu présents en terme d’achat de soutien à une filière qui paraissait pourtant très fragilisée.

Autre secteur en pleine reconquête : la filière textile, autrefois massivement basée dans le Nord-Est de la France, et notamment dans les Vosges, après une vague sans précédent de délocalisations ininterrompues pendant des décennies au Maghreb, et en Asie (Chine, Vietnam, Bangladesh…), ne cesse de se relocaliser en jouant collectif.

Dans les Vosges, la marque VosgesTerre textile a su fédérer une bonne quarantaine de PMI fabriquant et assemblant ses productions textiles dans la région Lorraine. Parmi elles, Garnier Thiebaut (linge de maison), basé à Gerardmer ou Bleu des Vosges (loisirs créatifs/Laine/Linge de maison) sont quelques unes des ces pépites qui sont autant de locomotives pour la production textile #MadeinFrance. Employant et formant à nouveau des salariés dans le secteur textile, ces sociétés n’hésitent pas à ouvrir à nouveau des magasins en régions ou des corner shops dans de grands magasins à Paris type Les Galeries Lafayette car la qualité française séduit aussi loin de nos frontières.

Bien au delà des Vosges, le phénomène est peu à peu devenu national et gagne progressivement différentes régions : Auvergne, Bretagne, Sud-Ouest…

Salon MIF EXPO à Paris

L’attrait du « Fabriqué en France » était particulièrement visible lors de cette 7ème édition du salon MIF EXPO qui s’est tenu Porte de Versailles du 10 au 12 Novembre 2018. Le salon comptait pas moins de 450 exposants dont des marques dont on avait oublié qu’elles produisaient depuis de longues décennies sur le territoire français, comme les brosses à dent Bioseptyl les shampoings Dop, les meubles Gautier ou encore les laboratoires Pierre Fabre.

Mais aussi des TPE voire des start-ups très innovantes et positionnées le plus possible vers le haut de gamme. Comme les jeans Atelier Tuffery, Le Slip français, Saint James, la botte gardianne ou encore la marque de chaussures www.madeinromans.fr, entièrement fabriquées dans la Drôme.

Sans oublier quelques innovations prometteuses comme le lave-vaisselle Bob, compact, écologique et fabriqué dans l’ancienne usine Brandt de La Roche-sur-Yon.

Les visiteurs et consommateurs ont massivement répondu présents à ce salon qui s’installe dans la durée avec plus de 60 000 visiteurs ayant visité MIF Expo sur 3 jours. Pour rappel, il y a encore cinq ans, le salon comptait seulement 70 exposants. D’après Ouest France, « selon une étude menée par le salon du MadeinFrance et Tudigo auprès de 300 entrepreneurs, 62% des entreprises indiquent que le MadeinFrance a un impact direct sur leurs ventes. Produire en bleu blanc rouge est bien un argument fort pour le consommateur. Cela montre que ce n’est pas un vœu pieu et que le consommateur met la main à la poche pour le MadeinFrance », analyse Fabienne Delahaye, la fondatrice du salon.

Frédéric NICOLAS-www.contenusetstrategies.com copyright

Me suivre sur Twitter : @emicfdnicolas

Publicités

L’industrie Française peut-elle s’épargner l’effet panique grâce aux réseaux sociaux ?

Céole-éoliennesC’est désormais une tragi-comédie chaque semaine depuis 6 ans de crise pour le secteur industriel en France. Malgré des fondamentaux à priori très solides mais remontant à l’après-guerre ou aux trente glorieuses, de nombreux secteurs de l’industrie Française sont convoités par des fonds de pension industriels américains ou asiatiques.
Je vais parler de cas que je connais pour y avoir travaillé. A Saint-Dizier, cité sidérurgique dont les bases remontent au XIXème siècle, les Chinois ont mis la main sur une fonderie historique il y a quelques années. Ils n’ont pas encore délocalisé car le savoir-faire des ouvriers est ancestral et les machines difficilement déplaçables. Comme dans la plupart des secteurs, les Chinois observent, paient pour voir, un peu, puis dupliquent à moindre coût le savoir-faire. L’expérience est cependant irremplaçable, ce qui occasionne de nombreux bugs techniques impactant parfois la société chinoise en surcroissance (cf. déraillement de trains, ponts qui s’effondrent, pollution, pillage de matières premières).
Second cas de figure : A Belfort, ville à l’esprit d’indépendance particulièrement développé, on assiste au dépeçage possible d’un siècle de travail d’ingénierie Française. A l’époque où Jean-Pierre Chevènement vient de démissionner avec fracas de son poste de ministre de la défense, General Electric s’installe dans la cité du Lion. Ils investissent, recrutent des anciens d’Alstom et annoncent clairement la couleur en se positionnant en face des locaux historiques d’Alstom. Subitement, 15 ans après, après le couac des Télécoms (SFR/Bouygues), Bouygues retire ses billes laissant la place aux fonds prédateurs convoitant la superbe mariée. Réacteurs pour centrales électriques, transports, bref, des secteurs si stratégiques, alors que la transition énergétique avance doucement, et que l’énergie, mécaniquement plus chère, va être le talon d’Achille du 21 ème siècle.
Emballement médiatique et panique à Bercy
Arnaud Montebourg, ministre de l’économie et du redressement productif réagit vivement en mettant en place une cellule de guerre. On assiste à quelques allers-et-retours entre Berlin et Paris, Siemens voulant sa part de gâteau. Au final, les médias économiques et les économistes de plateau télé s’affolent et contribuent à enflammer le dossier. Finalement, la période de réflexion est prolongée de 3 semaines…
Est-ce que de telles industries Françaises dont le siège est bien basé dans le pays auraient pu s’épargner une telle impression de flottement économique ? Même les spin doctors habituels habitués à conseiller quelques politiques en difficulté sont aux abonnés absents…
Bien sûr, il existe des formations et de nombreux spécialistes en intelligence économique formés à défendre les intérêts de telles filières stratégiques. Les Américains ou les Chinois en sont dotés depuis plusieurs années et n’hésitent pas à bloquer des pans entiers de l’économie concurrentielle jugé stratégique (énergie, défense, santé, transports).
Culture industrielle et communication graduée
Afin de résister à un tel effet panique démultiplié par certains médias parisiens connaissant finalement assez peu la culture industrielle Française au-delà des reportages ramenés par certains journalistes de terrain polyvalents, il faut anticiper. Nos responsables industriels cultivent une culture du secret bien compréhensible face aux enjeux concurrentiels.
Sachant qu’un emploi industriel induit en moyenne plusieurs emplois indirects (certains disent 7), il est urgent d’en prendre conscience et de mettre en place des logiques de veille d’intelligence économique via les bons réseaux sociaux en suivant notamment les investissements de ses concurrents ou partenaires, leur actualité, leur communiqués de presse. Le repli sur soi franco-français entre grandes familles est révolu. Sans quoi on assiste à ce spectacle un peu pathétique depuis ces 5 dernières années, celle d’un pays surinformé et déprimé par tous ces rachats, cette captation parfois définitive d’un savoir -faire convoité par les pays émergents et les deux géants chinois et américains.
Pour communiquer, il convient de le faire en douceur selon un véritable plan éditorial, une stratégie digitale afin de faire-connaître les réussites Françaises de PMI/PME maillés sur le territoire hexagonal. Revenir à l’essentiel et surtout prendre son temps, à l’inverse des récentes hystéries de catastrophisme médiatico-industriel.
Fr.N.-www.contenusetstrategies.com-#emicfdnicolas-06 62 12 84 30-frednicolas17@gmail.com

Textes et photos DR

 


%d blogueurs aiment cette page :