Archives de Tag: communication

2020 : vers un nouveau cycle en matière de communication digitale

La fin de 2019 a connu de nombreux bouleversements économiques, sociaux, géopolitiques qui ont forcément un impact dans la manière de communiquer et de s’adresser aussi bien aux citoyens qu’aux clients. On assiste à une accélération dans la vitesse de propagation de l’information avec son lot de fausses informations ou de manipulations. Mais les citoyens et consommateurs ayant aujourd’hui de nombreux moyens de vérifier, de s’exprimer, ils représentent aujourd’hui un tel contre-pouvoir qu’il devient parfois difficile de s’adresser à eux. Et pourtant…

Après de nombreux mois de conflits très profonds qui ont animé notre pays avec le mouvement des Gilets Jaunes, on se réveille, après 30 ans de quasi statu-quo au niveau économique, avec un besoin vital d’adapter notre pays au monde extérieur. Le constat est parfois sévère. Jérôme Fourquet, directeur du département opinions et stratégies d’un institut de sondage décrit la situation dans le détail dans son dernier best-seller « L’archipel Français » paru en 2019. La France est fracturée entre de nombreux territoires, pour la plupart désindustrialisés depuis une bonne génération voire plus et quelques métropoles où se regroupent accès à l’innovation, à l’éducation supérieure la plus en pointe et à une culture omniprésente.

Territoires versus « nomades mondialisés »

Avant l’explosion d’internet, c’était déjà en partie le cas entre campagne et ville. Sauf que des clivages beaucoup plus distincts se sont ajoutés : entre différentes communautés sociales, générationnelles, religieuses, entre bénéficiaires de la mondialisation « heureuse » et la majorité du territoire qui reste attaché à son territoire proche, ses repères familiers, son lieu d’habitation et une certaine qualité de vie, celle-ci tenant à son histoire, son identité et quelques traditions territoriales.

Le développement durable et les abus perpétrés ces dernières décennies en matière de respect de nos ressources ont aussi éloigné durablement l’opinion publique de certains responsables politiques et économiques. Chacun d’entre nous a désormais conscience qu’on ne peut plus prôner la surconsommation comme pendant les 30 glorieuses.

Les limites du genre arrivent lorsqu’on explique à l’ensemble de la population qu’il faut arrêter de polluer avec leur voiture voire s’en passer définitivement pour être dans la tendance actuelle. Le souci, c’est qu’ hormis 2 millions d’habitants vivant à Paris et quelques habitants en proche couronne, le reste de la population française ne peut absolument pas se passer de son véhicule au quotidien, contrairement aux reportages très urbains qu’on nous diffuse en boucle depuis ces dernières années. Avec plus de 40 jours de grèves ininterrompues et le blocage voire le ralentissement de la majorité des trains, TER et autres moyens de transport, le mode de vie idéalisé diffusé dans notre lucarne télévisuelle se fissure clairement.

Retour à la réalité et espérons plus d’authenticité

Bref, nous arrivons à la fin d’un cycle, celui qui a vu le jour après guerre et a connu un développement sans précédent de notre pays grâce à l’emploi généralisé et à une consommation qui s’est sur mondialisée pour toujours vendre plus.

Entre les charges contraintes (portables, internet, téléphonie, abonnements…), l’explosion de la fiscalité notamment pour les particuliers et les petites entreprises, le coût de plus en plus élevé de l’énergie (électricité, essence, diesel) et une stagnation voire une baisse des salaires pour la majorité des salariés, il est clair qu’une partie de plus en plus importante de la population a perdu en pouvoir d’achat en France durant ces dix dernières années. Bien au delà des Gilets Jaunes car tout le monde ne s’exprime pas de la même manière.

Côté consommation, le e-commerce a impacté la grande distribution et de très nombreux commerces indépendants et a vu son chiffre d’affaires augmenter de manière constante. L’arrivée massive d’entrepôts géants d’Amazon (lire le livre Le monde selon Amazon de Benoit Berthelot, journaliste à Capital, paru en 2019) devrait continuer d’accélérer cette tendance de fonds : la digitalisation de nos modes de consommation, y compris dans des secteurs encore à priori préservés (alimentation, textile)…

Face à ce nouveau monde très lié au numérique, on assiste à plusieurs réactions : soit les clients/citoyens adoptent ce nouveau mode de vie à 100% soit ils le rejettent en partie avec les moyens qui sont les leurs : choix de mieux consommer, plus local, plus responsable, ce qui permet à de nouveaux acteurs d’émerger pour répondre à cette nouvelle demande. Ce dernier type de consommateurs est sensible au principe de traçabilité et d’authenticité dans sa consommation. Et il est présent aussi bien en ville qu’à la campagne.

Renouvellement vital de la représentativité

Paradoxe à la française : nous sommes à 2 mois pile des prochaines échéances électorales : les fameuses municipales et il apparaît qu’un maire sur deux ne souhaiterait pas se représenter ! Et pourtant, on a jamais aussi peu entendu parler des projets politiques et sociétaux de nos futurs élu(e)s compte tenu du contexte ambiant. Espérons que cette nouvelle promotion d’élu(e)s nous permettra de choisir à peu près dans quel monde nous souhaiterions vivre et offrir plus de perspectives d’avenir à nos enfants que ce que le cycle des 30 glorieuses suivi par une mondialisation à tout crin a laissé derrière elle.

Toujours est-il que, désormais, les entreprises, les marques et bien sûr nos représentants publics et politiques ne peuvent plus utiliser les mêmes recettes que ces trente dernières années dans leur manière de communiquer.

L’utilisation d’une communication digitale est désormais incontournable. Espérons que des lendemains réalistes s’en suivent, l’époque des grandes idéologies étant en hibernation pour quelques temps. En tout cas, les citoyens et consommateurs bien échaudés seront bien plus exigeants pour être convaincus, toutes générations confondues.

2020 sera une année de mutation pour une nouvelle décennie. Contenus et Stratégies continue d’accompagner ses clients en tenant compte de ces changements profonds en matière de stratégie éditoriale et digitale.

Frédéric NICOLAS – www.contenusetstrategies.com copyright texte et photo.


A l’heure des fake news, quel type de communication adopter ?

Un prototype de machine volante sur un salon industriel en 2018-contenusetstrategies.com Ph : Fr.N.

Le monde numérisé s’accélère et la sur-sollicitation de notre attention est de plus en plus forte. Le « monde d’avant » bouge encore pas mal. En plus des résistances fortes qu’il sait activer, le « nouveau monde » dominé par les GAFA et les biotechs, l’ioT, l’intelligence artificielle, le big data n’en finit pas de creuser un fossé toujours plus grand entre les citoyens connectés et ceux qui refusent ce mode de vie ou ne voudrait pas le subir au quotidien.

Nous sommes en permanence soumis à des informations contradictoires. Pour les décideurs et les entrepreneurs, ce n’est évidemment pas de tout repos. Car cette frénésie permanente étouffe toute projection sur une stratégie de long terme. On le constate depuis quelques années au niveau politique notamment.

Finies les anticipations et les projections sur des marchés ou des secteurs qui changent car soumis à une concurrence mondialisée de plus en plus acérée. Certains titans de l’économie connaissent un retournement de marchés de manière assez violente, d’autres disparaissent alors qu’on avait l’habitude de les voir dans le paysage du commerce de détail (retail) depuis tant d’années.

Les raisons sont parfois claires : « ils n’ont pas suffisamment pris le virage numérique », ou bien suite à scandale lié à son dirigeant ou des assauts massifs de sociétés concurrentes qui ne jouent ni avec les mêmes règles, ni la même fiscalité/coût salarial.

Une brève histoire du futur : YN. Harari nous prévient

En lisant Homo deus et Sapiens de Yuval Noah Harari, chercheur en histoire et diplômé d’Oxford qui sont des best sellers d’anticipation du monde vers lequel l’humanité se dirige (en partie), on assiste comme spectateur à un film d’anticipation aux modes de vie changés qui nous attendent.

Sans pour autant l’avoir désiré ou sollicité. Sa vision est clairvoyante et ultra connectée à de nombreuses innovations planétaires qui font de nous des citoyens et consommateurs toujours plus reliés numériquement et donc dépendants.

Bien sûr, l’information y tient une bonne place mais aussi tout ce qui est lié à nos traces numériques, celles qu’on laissent un peu partout en achetant en ligne, en commentant, en partageant, en aimant des publications sur nos réseaux sociaux habituels (Facebook mais pas que…)

Données qui sont le carburant des GAFA, qui les analysent puis les revendent, la plupart du temps à notre insu.

A l’heure où les États-Unis ont-enfin décidé de s’intéresser à ce problème planétaire qui impacte notre économie et nos modes de vie, et ouvrir des enquêtes concernant Google et sa position dominante dans 50 États américains, Facebook devrait suivre, suite au scandale Cambridge Analytica.

Epoque de suspicion et accélération du rythme

Pas facile pour la plupart des marques ou des entreprises de trouver un canal durable de communication, appuyé par des réseaux sociaux démultipliant les messages. Simultanément, pour accompagner cette mutation de civilisation parfois assez violente, on assiste à la montée en puissance des fake news. Toute une série de contre-feux médiatiques ou digitaux connectés à des communautés d’opinions (économiques, religieuses, politiques, parfois les 3) se sont mis à l’oeuvre pour déstabiliser les repères de « l’ancien monde »…et bien sûr récupérer le maximum de laissés- pour-compte et adversaires de ce nouveau monde.

On avance, en tant que consommateur ou citoyen dans l’ère de la suspicion généralisée (politiques, chefs d’entreprises, industriels, agriculteurs, médias…). Fini donc les communications mass médias dans tous les domaines. Il y aura toujours un lobby ou une communauté de consommateurs, de citoyens (dont le nombre n’ est parfois pas toujours représentatif par rapport à l’opinion générale) qui saura se faire entendre sur la toile puis certains médias…

Au moment où la France rentre dans un épisode de renouvellement démocratique-à savoir les fameuses municipales– espérons que nous prenions le maximum de recul pour ne pas sombrer dans les communautarismes bloquants, phénomène parfaitement analysé par Jérôme Fourquet, directeur « opinions et stratégies d’entreprises » de l’IFOP dans son ouvrage « L’archipel français » qui donne un état des lieux chiffré et argumenté de nos multiples territoires.

Face à cet emballement souvent anxiogène pour nombre d’entre nous, il est nécessaire de prendre un maximum de recul. Pas toujours évident pour une société, où son/sa dirigeant(e) sont soumis à une pression croissante.

C’est pourquoi il semble nécessaire pour un décideur de bien se faire accompagner dans ce domaine, et, si possible, par un regard externe à l’entreprise, où chacun défend légitimement son rôle et ses intérêts. Et où la prise de recul devient souvent très difficile quand on est immergé au quotidien dans le développement de son activité.

Il semble qu’il n’y ait plus une mais de multiples possibilités de communications adaptées aux marques et aux sociétés. L’expérience de situations rencontrées dans de nombreux secteurs et le dosage des messages permettent de s’adapter aux clients et à leurs besoins toujours plus spécifiques.

Bonne rentrée à vous et beaucoup de nouveaux projets enthousiasmants!

Nous restons à votre écoute pour vos besoins en matière de conseils en stratégies éditoriales et digitales. Sans emballement mais en connaissance des principaux leviers de visibilité et de maîtrise de votre communication.

Contenusetstrategies.com copyright- frederic@contenusetstrategies.com- photo DR


Une année 2016 recentrée sur l’essentiel : du fond avant tout !

Voeux 2016-www.contenusetstrategies.com DR Fr.N.

Voeux 2016-www.contenusetstrategies.com DR Fr.N.

Tout d’abord, je tiens à remercier tous les client(e)s qui ont fait confiance à www.contenusetstrategies.com pour les accompagner dans leur stratégie éditoriale et digitale depuis ces dernières années. Plutôt que de souhaiter les vœux de manière convenue, je partage avec vous quelques souhaits pour 2016.

Nous sommes clairement à la fin d’un cycle qui remontait à l’après-guerre et aux trente glorieuses en France et dans le monde. Cela ne va pas sans créer de multiples tensions à bien des niveaux de la société.
Les réseaux sociaux se sont bien installés, Facebook et Twitter en premier lieu, dans la vie de chacun et impactent forcément chacun d’entre nous dans son quotidien en mélangeant de plus en plus vie professionnelle et sphère privée.

Les temps de connexion sur Facebook mesurés chez certaines tranches d’âge (moins de 45 ans notamment) ne cessent de progresser, ce qui prouvent bien que l’attention portée sur son environnement plus ou moins proche ne finit pas de grandir. Les agences de publicité et de marketing ont bien saisi le phénomène et le e-commerce a désormais investi une partie conséquente de nos pratiques d’achat.

Start-ups couvrant presque… tous les besoins

Le secteur des start-ups ne s’est jamais aussi bien porté avec des créations de sites couvrant désormais la majorité des besoins que nous éprouvons quotidiennement : hôtellerie, vêtements, courses, vacances, vins, taxis, transports (en covoiturage), emploi, presse, achats de livres, de musique,etc

Et pourtant, nous n’avons jamais eu autant la sensation de manquer de temps. Sans doute un temps chronophage passé sur internet pour guetter les dernières tendances ou la vie trépidante et bien souvent mise en scène de manière très avantageuse de notre environnement virtuel…

Se recentrer vers plus de fond

Il semble que les consommateurs, clients aspirent à plus de sens et d’authenticité dans leur vie de tous les jours. C’est un des principaux vœux que je formule pour 2016 : essayons de nous recentrer vers plus de fond, notamment dans la communication via les réseaux sociaux.

L’économie sociale et solidaire l’a bien compris, les internautes veulent trouver plus de sens dans leurs achats et surtout de l’authenticité, du durable. Après une crise constante depuis 2008, les priorités des Français ont bien changé ! Surinformés, engagés, sensibilisés à la préservation de la planète, ils sont de plus en plus difficiles à convaincre et ne se laissent plus bercer par les illusions servies durant ces dernières années voire décennies.

Si comme moi, vous partagez ce besoin de recentrer votre communication vers plus de fond et d’avantage d’authenticité, du contenu construit, vous êtes au bon endroit. Alors n’hésitez pas à me contacter pour vos besoins éditoriaux et digitaux.

Excellente année à vous !!!

Frédéric NICOLAS


%d blogueurs aiment cette page :