Archives de Tag: audience

Petit billet estival sur les médias et l’importance de revenir au recul dans l’info !

L’été est la période idéale pour prendre du recul par rapportaudience-billet-été 2016 au rythme effréné de nos vies quotidiennes. Voici quelques réflexions qui n’engagent que moi mais que je partage avec vous pendant une période qui va être plus calme, avant la rentrée.

A peine revenu de vacances, quelques petits jours comme beaucoup d’entrepreneurs dans ce pays, passés sans allumer la télévision et en consultant le moins possible mon smartphone pour voir les mails pros et quelques posts facebook, me voilà à nouveau submergé par une information nauséabonde, passée en boucle par la plupart des télévisions, « grandes » chaînes confondues…suite au récents attentats aussi lâches qu’atroces.

Je précise que je suis journaliste depuis 1997, date de l’obtention de ma première carte de presse, qui signifiait une étape et une première reconnaissance professionnelle. Ayant longuement fréquenté plusieurs rédactions régionales ou nationales puis choisi de créer ma petite agence à dominante économique, en ligne dès 2005, afin de suivre l’actualité des TPE-PME-PMI, j’ai toujours pris mes distances avec la télévision, même si je reconnais que de nombreux reportages et grands reportages prennent toute leur dimension à l’écran. Ayant connu quelques très bons journalistes d’investigation ou des grands reporters admirables pour leur capacité à prendre du recul sur l’information, j’ai été abreuvé aux articles de Françoise Giroud, ancienne fondatrice de l’Express, à la plume incisive de Jacques Julliard (Nel Obs) ou encore aux livres de Philippe Labro et son sens de l’écriture.

Toujours plus vite, de moins en moins de recul

Ayant choisi dès 2005 de me consacrer au journalisme en ligne puis, dès 2007, à la puissance émergente des réseaux sociaux, j’ai fait deux formations dans ce domaine en 2009 puis en 2012 histoire de me mettre à jour professionnellement.

Suivant par réflexe les informations quotidiennement comme la plupart des citoyens qui s’intéressent à l’actualité de leur environnement, j’avoue que j’ai de plus en plus de mal à accrocher à la recherche de sensationnel, à la précipitation pour avoir l’info en 1er...avec toutes les dérives qui impactent durablement la crédibilité de certains médias. Les chaînes en continu à l’américaine ont d’abord répondu à une demande. Aujourd’hui, ce modèle sature l’opinion publique et pose parfois des problèmes d’indigestion voire de dépression continue chez certains spectateurs. L’ambiance de morosité n’aide clairement pas à redonner confiance à notre pays. Et pourtant, nous en avons besoin d’une manière vitale. A l’heure où tant de forces vives créent des start-ups ou des initiatives innovantes en France.

Audience en baisse à la TV

Avec l’arrivée des réseaux sociaux, le phénomène n’a fait que s’amplifier dans la mesure où « tout le monde devient un peu son propre média ». Nous vivons désormais dans une connexion quasi-permanente avec un manque évident d’analyse, de recul et un affaiblissement de la notion de médiateur que sont les professionnels des médias. Ce type de dérives impacte jusqu’aux politiques qui cherchent de plus en plus à suivre l’énorme machine médiatique, laquelle ne semble jamais s’arrêter. Cette distance nécessaire à la compréhension de l’actualité et du monde dans lequel nous vivons fait cruellement défaut.

L’érosion confirmée des audiences télévision des grandes chaînes semble inexorable au profit des réseaux sociaux, des contenus personnalisés, des émissions à regarder en podcast (radio, web…) si l’exigence d’une plus grande qualité d’information et d’analyse ne voient pas le jour.

Les réseaux sociaux deviennent bien souvent la première source d’information par leur usage. C’est un constat depuis l’explosion des smartphones. Bien utilisés, les réseaux sociaux ne sont pas un perpétuel maelstrom qui mêle l’anecdotique aux informations plus durables. Pour cela, il vaut mieux prendre le temps de se poser et ne pas confier l’utilisation de vos réseaux sociaux d’entreprise sans auparavant avoir défini une certaine culture et connaissance de votre entreprise. Sans quoi, la perte de sens sera la même que celle que subissent les grands médias TV.

En espérant qu’on puisse sortir de l’audience à tout prix, de cette trash presse qui nivelle les instincts par le bas, je vous souhaite malgré le contexte grave qui touche notre pays un excellent été pour prendre du recul. Rendez-vous en Septembre !

Fr.N.

Publicités

Avec le digital, la presse innove à nouveau !

http://www.lapresseaufutur.com/ copyright

Lors de la 9ème édition de La Presse au futur, de nouvelles innovations sont présentées. Voici quelques tendances encourageantes.

Beaucoup d’entre vous ont peut être entendu parler du rachat par le groupe Le Figaro du site L’Internaute, sans doute un des sites les plus anciens du web et au trafic web digne d’une locomotive, compte tenu de toutes ses niches de lectorats et newletters thématisées. Comme l’a déjà fait ce groupe de presse qui a pris le virage digital dès le début, c’est à dire il y a une petite quinzaine d’années, l’équipe Benchmark en place continue à fonctionner avec son immense base de données, une pépite convoitée par beaucoup d’annonceurs. Marc Feuillée, le directeur général du groupe de presse en est convaincu.
Autre acteur de poids dans la presse hexagonale, Rolf Heinz de Prisma Média est venu parler de son approche lors de la conférence : « Les nouveaux business models de la presse ». Lui aussi croit aux données (les fameuses datas) pour doper le trafic entrant de ses nombreux titres. Ce qui n’empêche pas le groupe d’oser sortir quelques nouvelles formules print sur des cibles bien déterminées : les seniors femmes (Serengo) et les générations Y (As you like, alimenté de contenus issus de blogs).
La presse quotidienne régionale représentée par Olivier Gerolami, le Pdg du groupe Sud Ouest, souhaite s’attaquer à quelques chantiers digitaux. Après avoir intégré quelques titres spécialisés (vins du sud, un blog rugby créé par un passionné), le dirigeant pense qu’il y a un vrai marché pour vendre des données microlocales à des collectivités ou des entreprises (d’après la mine d’or d’information à laquelle a accès la presse régionale). Encore inexploité, le marché semble réel.

Diffusion via smartphones et tablettes plus fluide

Côté diffusion, le cas Zeens, une start-up créée sous la tutelle de Presstalis est intéressant. Grâce à une application développée pour tout type de devices (smartphones, tablettes), Zeens publishing distribuait déjà 120 titres en août 2015 (marché estimé à 3000). Une aubaine pour des tirages plus confidentiels ou des revues spécialisées dont l’audience est monétisée et démultipliée via le digital. Deux chiffres à retenir : les ventes numériques représentent 25% des tirages du journal Le Monde et 20% des Echos en 2015. Même si le journal papier a encore toute sa légitimité ( JDD du dimanche par exemple), les titres ont désormais les moyens de vendre via ce canal de manière fine.

Réseaux sociaux pour démultiplier l’audience

En plus des réseaux déjà existants et particulièrement performants que sont Twitter, Facebook, Linkedin,… un réseau à suivre vient de voir le jour : Tokster, crée par le groupe Gratuits pros et Les clés de la Presse. Il s’adresse exclusivement aux professionnels via 17 chaînes d’actualité thématiques (bâtiment, restauration, environnement…). 20 000 professionnels et de nombreuses entreprises y ont déjà adhéré. L’occasion d’échanger autour d’un secteur dans lequel on exerce comme professionnel.

Côté marketing et publicité, les acteurs sont parfaitement en phase avec ses innovations : enchères de bandeaux publicitaires en temps réel (RTB), implémentations de vidéos interactives façon gamers, publicité incluse dans votre mailing…Après quelques années difficiles, il semble que tous les outils soient réunis pour monétiser et augmenter tout type d’audience web/print. Reste aux supports B to B ou B to C à trouver des lecteurs exigeants et curieux.

Fr.N. photo DR (http://www.lapresseaufutur.com/)

 


%d blogueurs aiment cette page :