La vie professionnelle continue…à distance

Avec ce second épisode de confinement subi pour les Français et leur économie, il va vraiment falloir faire preuve de résilience et d’inventivité. En quoi la transformation digitale de vos entreprises va véritablement vous aider à traverser cette nouvelle épreuve imposée par la situation sanitaire ?

Alors que la plupart des TPE, PME, PMI et commerçants ont véritablement été impactés dans leur façon de travailler après deux mois de confinement extrêmement sévères dans notre pays, l’économie a commencé à revivre un peu cet été et plus particulièrement depuis la rentrée de septembre.

Tandis que la majorité des entreprises ont eu recours à des trésors d’inventivité et de bonne volonté des équipes pour se remettre dans une dynamique pro-active de travail-même masquée-que les derniers salons ont pu se tenir jusqu’à fin septembre, avant de stopper au maximum tout rassemblement, freinant de fait de nombreuses opportunités de rencontres entre clients et fournisseurs, la seconde vague de confinement arrive seulement 7 semaines après la rentrée…Le choc devrait être violent pour de nombreuses sociétés si nous sommes à nouveau assigné(e)s à résidence devant notre ordinateur.

Et pourtant, il va falloir impérativement remettre en place des process de travail à distance, via Zoom, Google Meet ou Teams pour continuer à faire tourner l’économie. Le e commerce se porte bien, très bien même, après ces 8 premiers mois consécutifs au 1er confinement. La grande distribution a globalement elle-aussi retrouvé des chiffres de croissance quasi oubliées ces dernières années.

Présence digitale devenue la norme

Petit debrief des secteurs qui ont réussi à garder la tête hors de l’eau après la saison 1 du confinement. Visiblement, le secteur touristique français qui a communiqué sur différents réseaux sociaux et consenti un budget publicité basique pour capter la clientèle française voire européenne proche a tout de même réussi à tirer son épingle du jeu et n’a pas trop fait une saison catastrophique, en tout cas pour les bords de mer mais aussi en montagne et, fait nouveau, en zone rurale isolée. On a vu fleurir de nouvelles publicités et des communications digitales ciblées sur le besoin d’air pur post déconfinement. Globalement, les gîtes, chambres d’hôtes et certains restaurants semblent avoir réussi à traverser la 1ère vague. A Paris et dans les métropoles, c’est le calme plat depuis le printemps, notamment dans l’hôtellerie. Et le tourisme d’affaires va sans doute être assez long à reprendre. L’arrêt des salons ne va pas aider à remonter la pente. AirbnB et ses nombreux appartements à louer dans la capitale va traverser une période compliquée pour les propriétaires qui avaient surinvesti dans ce mode de location. N’en déplaise aux fonds de pension.

Le #MadeinFrance et la consommation locale auprès de producteurs qualitatifs ont retrouvé l’attention de certains consommateurs, sensibilisés aux emplois induits liés directement à ce mode de consommation. A l’heure où la plupart des consommateurs a bien intégré qu’il fallait arrêter de dépendre de manière démesurée des importations chinoises pour retrouver un semblant de souveraineté économique dans de nombreux domaines (industriels, alimentaires, numériques…), les

petits producteurs et certaines PME/PMI semblent bien décidés à jouer la carte de la réindustrialisation voire de la relocalisation (cela va prendre quelques années). Les marques en question le font clairement savoir à commencer par leurs emballages et bien sûr les réseaux sociaux.

Digitaliser son savoir-faire et distribuer en direct

Lors du premier confinement, on a pu constater que les enseignes de jardinage, de bricolage et toutes les entreprises liées au confort de la maison, de l’appartement et du cadre de vie ont connu un regain d’activité. Une fois de plus, la communication digitale a permis de maintenir le lien… avec les consommateurs… et en acquérir de nouveaux.

En bref, si on ne veut pas qu’une bonne partie de notre économie devienne soit chinoise (70 % des produits vendus sur Amazon seraient fabriqués là-bas-source Livre Le monde selon Amazon de Benoit Berthelot-paru en 2019 aux éditions Cherche Midi) soit américaine (d’après l’excellente lettre Petit Web, on apprend qu’aux Etats-Unis, Amazon représenterait 50 % du e commerce global, tuant de fait de très nombreux centres commerciaux), il est urgent que chaque entreprise dans notre pays puisse maîtriser elle-même sa distribution e-commerce voire omnicanale en le faisant savoir de manière digitale.

L’exemple du modèle pure player C’est qui le patron a démontré en travaillant aussi avec les canaux puissants de la grande distribution-bien établis dans notre pays-qu’il était possible de vendre autrement-et avec du sens- à des clients concernés par l’économie locale, régionale ou tout simplement nationale. Afin de maintenir un revenu décent aux producteurs eux-mêmes.

Accompagnement visibilité et stratégie de marques

Notre pays est constitué à plus de 90 % de TPE, PME, PMI, de commerçants, d’artisans qui sont les fondations économiques sur lesquelles repose massivement notre consommation habituelle. Si vous souhaitez affronter moins seule(e) cette 2ème période de confinement imposé et conserver vos relations commerciales avec vos client(e)s, monter en puissance sur la stabilité de vos sites de e-commerce (sursollicités en période covid) et surtout continuer à communiquer de manière durable auprès de vos clients, n’hésitez pas à nous contacter directement à frederic@contenusetstrategies.com.

Grâce à des partenaires spécialisés et experts de leur domaine (montée en puissance de site e commerce avec cloud sécurisé et sollicitations serveurs constants malgré des pics de consommation), digitalisation de vos espaces de production et lieux de vie au travail (communication par écrans mixant présentiels et télétravail, messages destinés aux équipes), nous sommes à votre écoute pour vous accompagner de manière personnalisée dans vos objectifs de transformation digitale.

A commencer par le référencement, l’animation de contenus et la stratégie digitale qui sont notre coeur de métier depuis de longues années, dans de nombreux secteurs (industriels, embellissement de l’emballage, formations, bien-être, tourisme, vins, énergie… )

Pour continuer à être présents dans la tête de vos consommateurs, clients, et éviter de laisser votre savoir-faire, la qualité de vos produits ou de vos services grignotés à petit feu par des plateformes qui ne manqueront pas de nous inonder de call to action ou de publicités d’ici les fêtes de Noël, ne restez pas spectateurs et contactez-nous. Nous nous battrons à vos côtés pour que vous aussi soyez visibles par vos clients.

Contenus et Stratégies- www.contenusetstrategies.com

Mail : frederic@contenusetstrategies.com

Référencement naturel : le contenu texte (adapté) est roi pour Google

Après des années de changement de cycles ou de modes concernant le référencement naturel, le seul qui est durable même si vous ne prenez aucune publicité payante en ligne demeure bel et bien un article avec un texte élaboré, parfois assez long, parfois plus court mais toujours unique. A travers plusieurs changements d’algorithmes successifs, Google revient aux basiques : valoriser un texte si possible informatif lié à une entreprise. Tour d’horizon sur ce qui fonctionne pour que votre site soit lu et vu.

Lire la suite « Référencement naturel : le contenu texte (adapté) est roi pour Google »

En quoi les réseaux sociaux permettent à votre société d’exister auprès de vos clients en 2020 ?

Alors que les réseaux sociaux ont désormais atteint une majorité de citoyens et de consommateurs, leur impact est désormais bien reconnu, même par les plus sceptiques des chefs d’entreprises ou directeurs de la communication/marketing. Une entreprise qui veut être présente dans la tête de ses clients et prospects se doit d’être sur au moins un réseau social, surtout en 2020. Lire la suite « En quoi les réseaux sociaux permettent à votre société d’exister auprès de vos clients en 2020 ? »

2020 : vers un nouveau cycle en matière de communication digitale

La fin de 2019 a connu de nombreux bouleversements économiques, sociaux, géopolitiques qui ont forcément un impact dans la manière de communiquer et de s’adresser aussi bien aux citoyens qu’aux clients. On assiste à une accélération dans la vitesse de propagation de l’information avec son lot de fausses informations ou de manipulations. Mais les citoyens et consommateurs ayant aujourd’hui de nombreux moyens de vérifier, de s’exprimer, ils représentent aujourd’hui un tel contre-pouvoir qu’il devient parfois difficile de s’adresser à eux. Et pourtant… Lire la suite « 2020 : vers un nouveau cycle en matière de communication digitale »

A l’heure des fake news, quel type de communication adopter ?

Un prototype de machine volante sur un salon industriel en 2018-contenusetstrategies.com Ph : Fr.N.

Le monde numérisé s’accélère et la sur-sollicitation de notre attention est de plus en plus forte. Le « monde d’avant » bouge encore pas mal. En plus des résistances fortes qu’il sait activer, le « nouveau monde » dominé par les GAFA et les biotechs, l’ioT, l’intelligence artificielle, le big data n’en finit pas de creuser un fossé toujours plus grand entre les citoyens connectés et ceux qui refusent ce mode de vie ou ne voudrait pas le subir au quotidien. Lire la suite « A l’heure des fake news, quel type de communication adopter ? »

La production #MadeinFrance devient une tendance de fond en 2019

Machine fabriquant du textile haut de gamme chez Garnier Thiebaut dans les Vosges à Gerardmer-
Photo Fr.Nicolas Droits réservés

Alors que les pionniers du MadeinFrance n’étaient pas toujours pris au sérieux il y a encore dix ans, la tendance de fond des relocalisations industrielles et des créations de marques pure player surfant avec succès sur le phénomène Made in France s’installe durablement. Les consommateurs français ont bien compris à quel point une production locale était synonyme d’emplois concrets. Même les acheteurs dans le B to B en tiennent de plus en plus compte d’après une étude d’AgileBuyer parue en janvier 2019. Lire la suite « La production #MadeinFrance devient une tendance de fond en 2019 »

L’industrie qui effectue sa transformation numérique créé des emplois

Thierry Breton à l’ouverture du salon Digital industry summit-DR

Salons après salons, rendez-vous après rendez-vous, la sensation est la même : la mutation numérique creuse la distance entre les entreprises qui prennent le train en marche…et les autres.

Cette transition qui nous concerne tous dans notre vie de tous les jours nécessite bien sûr de la méthode et un accompagnement personnalisé, bien souvent par des prestataires extérieurs spécialisés dans leur domaine, ne serait-ce que pour apporter de nouvelles idées et percevoir ensemble de nouveaux débouchés, marchés. Lire la suite « L’industrie qui effectue sa transformation numérique créé des emplois »

Contenusetstrategies.com vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année !

Alors que notre pays connait tant de mutations, entre autre liées au changement de modèle économique dans de nombreux secteurs de l’économie traditionnelle, je tenais à vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année pour cette année 2018 assez mouvementée économiquement depuis quelques semaines.  Lire la suite « Contenusetstrategies.com vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année ! »

Tendances web et e-commerce lors du salon Paris Retail week 2018

Une position d’Amazon moins dominante sur la mode en France que sur d’autres marchés. source Kantar world panel-Sept2018-fr.N. Dr

Petit retour sur le salon Paris Retail week (ou plutôt salon du e-commerce qui en est en fait à sa 17ème édition) qui s’est tenu la semaine dernière à Paris, porte de Versailles. Si le e-commerce continue de progresser inégalement selon les secteurs, la tendance est à une complémentarité entre magasins physiques et sites web, intégrant désormais obligatoirement la gestion de communauté web clients en BtoC comme en BtoB sur les réseaux sociaux.

Les exposants sont toujours aussi nombreux au désormais traditionnel salon de rentrée dédié au e-commerce. Relooké Retail pour véritablement s’adapter au marché mondial qu’est le e-commerce, le salon -anciennement du e-commerce, né à Paris peu après l’an 2000, donne en général bien la tendance du marché du e-commerce, qui depuis ces 17 dernières années, s’est véritablement stabilisée mais continue à prendre des parts de marchés auprès de consommateurs de plus en plus convaincus par le digital.

La plupart des marques et gros magasins physiques ont désormais leur propre site web proposant (ou pas) une solution de e -commmerce. Le webdesign est devenu de plus élaboré pour répondre au plus près des attentes des consommateurs et cela, sur les différentes utilisations clients : smartphone, PC (ou Mac) et tablette. Le responsive design est bien souvent devenu la norme dans toute création ou refonte de site internet coporate.

Enfin, après une bonne dizaine de participations à ce salon depuis sa création, les professionnels du secteur reconnaissent l’impact essentiel du contenu de qualité pour assurer un référencement durable et pas uniquement lié au référencement payant (Google et Facebook ads), parfois complémentaire mais pas toujours essentiel.

De même, le management de communautés web via les réseaux sociaux est devenu déterminant pour le positionnement de la marque de l’entreprise ou du produit en question. De plus, il sert bien sûr à la marge -mais de manière de moins en moins négligeable- au référencement et à l’entrée de leads clients, nouveaux ou habitués à la marque.

Là aussi, les techniques de référencement durables et éthiques se sont considérablement perfectionnées, en intégrant de très nombreux paramètres, bien souvent imposés par Google et Facebook. Mais aussi du bon sens et le respect de règles de base sans quoi, ce référencement perd en pertinence et surtout sur la durée.

Quelques chiffres de la croissance continue en e-commerce

D’après la dernière étude de la FEVAD*, fédération e-commerce et vente à distance, « les Français ont dépensé 22 milliards d’euro sur internet au 2ème trimestre 2018, soit une progression de 14,4%. Le montant moyen d’une transaction (produits et services) continue de baisser ; il perd 4 euros en un an et passe à 63 euros. » Rien de grave si l’on en croit la FEVAD puisque le volume des transactions lui, « enregistre une hausse de 21%, soit au total 350 millions de transactions au 2nd trimestre 2018 ».

Du côté du retail précisemment, on surveille de près les parts de marchés gagnés par Amazon secteurs par secteurs sur le e-commerce et c’est une vision hégémonique du mastodonte américain qui se dégage, sauf sur certains secteurs encore épargnés dont le textile et la mode..en France !

Bien que le nombre de sites pure players augmente faisant mécaniquement augmenter l’offre (environ 20 000 nouveaux sites/an sont apparus) et que le nombre d’acheteurs semble suivre cette courbe, avec 480 000 nouveaux consommateurs en ligne recensés, selon Mediamétrie, il est clair que les grandes marques déjà bien connues et la plateforme Amazon raflent les premières places de vente en ligne.

 

+20% en un semestre sur les ventes aux professionnels

Une autre tendance est particulièrement notable puisqu’elle concerne un marché plus petit en nombre mais beaucoup plus important en volume : celui de la vente en ligne aux professionnels.

Ici, il y a encore de très belles places à conquérir puisque ce marché B to B tend à se numériser progressivement, selon les secteurs. Les TPE, PME, PMI ont tout intérêt à y aller progressivement car il peut y avoir des parts de marché complémentaires en plus du chiffre d’affaire déjà apporté par les commerciaux qui connaissent parfaitement leurs clients et leur secteur. Pas évident pour les pure players de se faire une place au soleil car bien souvent, les relations commerciales et de vente sont anciennes et se font dans un environnement bien défini où chacun sait ce que la concurrence fait. Néanmoins, bien dosé, sur certains catalogues produits où la logistique permet une livraison et une installation professionnelle, le fait de vendre une partie de son catalogue en ligne peut permettre d’augmenter le chiffre d’affaires. Selon le panel iCE (qui rassemble plus de 100 sites grand public, e-tourisme et ventes aux professionnels (20 sites), la partie ventes aux professionnels a connu une progression de 20% sur le 2nd semestre 2018.

Ce type de mutation demande une assistance de tous les instants par une équipe de professionnels maîtrisant le cycle client BtoB en ligne, le webdesign, le contenu (pour un référencement effectué à la base), mais aussi toute la communication nécessaire à rassurer les clients habituels et ceux à convaincre de payer en ligne (notamment via les réseaux sociaux bien calibrés)…Nous restons à votre disposition pour vous conseiller, vous guider vers les bonnes décisions dans cette transition numérique globale. Grâce à un réseau de professionnels expérimentés pratiquant ce domaine du web et du e-commerce depuis plus de dix ans.

Frédéric NICOLAS-consultant éditorial et digital-www.contenusetstrategies.com

 

*Etude FEVAD du 10 septembre 2018 sortie à l’occasion du salon Paris Retail week-Porte de Versailles. Portant sur des sites marchands leaders dans leur secteur, de 9 plateformes sécurisées de paiement représentant près de 200 000 sites e-commerce.