Depuis la fin du 2nd confinement français, on observe des changements majeurs en terme de consommation et d’engagements de certains consommateurs. Observations et ressentis d’une année 2021 où le digital n’a cessé d’impacter nos vies.

Certains disent qu’on a changé de monde et de manière de le percevoir depuis ces deux ans de crise majeure liée à la pandémie du covid 19. Tout n’est à mon avis pas encore visible mais quelques tendances de fond se sont installées dans notre quotidien.

Clairement, nos relations sociales et professionnelles ayant été brutalement et massivement impactées par cette pandémie mondiale, nos modes de vie ont sensiblement changé. Pas de boule de cristal pour 2022, la situation de nombreux pays n’a jamais été aussi incertaine. Mais quelques constats.

Evidemment, le e commerce a explosé littéralement : c’est sans doute un phénomène plus que durable, tout particulièrement dans le monde occidental et au delà. Cependant, en France notamment, on a vu de très nombreuses créations et re-créations de commerces de proximité, y compris dans des villes moyennes ou des villages.

Autre tendance de fond : on assiste à une volonté de changement de vie, de mode de travail (le télétravail devenu un fait alors qu’avant, il ne concernait que quelques cadres supérieurs) et cela touche la plupart des générations.

Visiblement, les déménagements ou les changement de lieux de vie/travail n’ont jamais été aussi nombreux que depuis le printemps 2021. Confrontés collectivement à notre propre mort potentiellement (pour cause de covid), certain(e)s d’entre nous se sont dits : « Stop, je ne peux plus continuer à vivre comme avant, ça n’a plus de sens pour moi. » Et une quantité non négligeable de personnes sont réellement passées à l’acte en quittant leur vie d’avant : boulot, lieu de vie, famille, manière de vivre, etc.

Communautés web très actives

En parallèle, on assiste à la démultiplication de niches de consommateurs voire de citoyens. La notion de communautés web n’a jamais été importante. Voire de lobbies ou représentants de communautés minoritaires mais surreprésentées dans les médias et les réseaux sociaux. Ce fractionnement de la société et des consommateurs oblige les entreprises, les marques à être très vigilante dans leur manière de communiquer, de manager, de fidéliser…Clairement, au niveau des marques (y compris employeur), le politiquement correct (ou du moins la prise en considération de ces tendances) règne désormais. Les créatifs des années 70, 80 et même 2000 (avant éclatement de la bulle internet) doivent sérieusement s’ennuyer en matière de liberté d’expression…

L’époque est particulièrement anxiogène ! Côté économique, l’immense majorité des consommateurs a constaté que notre trop grande dépendance vis à vis d’importations massives-parfois de faible qualité- était synonyme de notre fragilité et hypothéquait clairement notre avenir et notre pouvoir d’achat. Fermeture partielle de certaines frontières pendant la pandémie oblige, on assiste à un recentrage vers plus de consommation territoriale voire européenne. Des mots peu entendus ces dernières décennies comme réindustrialisation ou relocalisation (partielle) ou encore souveraineté économique ont refait leur apparition, faisant bondir de leurs chaises certains financiers ou acteurs de la mondialisation effrénée, comme nous la connaissons depuis ces dernières décennies.

Plus de sens et de traçabilité exigés

Et pourtant, il semblerait que les consommateurs n’aient jamais eu autant de pouvoirs face à ce qu’ils consomment : web, réseaux sociaux, crownfundings, AMAP, etc. Avec l’explosion du coût de l’énergie (électricité, essence), le retour de l’inflation, les consommateurs doivent faire des choix.

Paradoxalement, une partie non négligeable des acheteurs veulent donner du sens à leurs achats. Ils s’orientent vers des produits traçables (alimentation, vêtements...), reviennent vers plus de commerce de proximité (notamment les seniors mais pas que…). Certain(e)s se reconvertissent vers des métiers donnant plus de sens à leur vie, après l’épisode douloureux du covid. D’autres veulent une consommation plus responsable, avec la possibilité de donner aussi…du sens à leurs achats.

En terme de communication des marques, on constate une volonté pour certaines à aller vers de plus en plus d’authenticité et de preuves de ce qu’elles produisent…avec soin et exigence de qualité. On ne parle pas ici du greenwashing permanent ni du matraquage quotidien de l’amazonisation à grand renfort de sonnettes de maison matin, midi et soir…diffusée dans nos pubs.

Non, certaines marques se réinstallent dans la durée, mettent en avant la solidité, l’approche durable de leurs produits, l’impact social de leur production, et bien sûr l’aspect #MadeinFrance qui est tout sauf une tendance éphémère auprès des consommateurs. Le récent succès du salon MIF Expo avec 100 000 visiteurs et 820 exposants n’en est qu’une des illustrations.

Alors, si vous aussi, vous vous reconnaissez dans ces différents constats, que vous êtes objectivement un peu perdu(e) par tant de mutations en si peu de temps mais que vous souhaitez plus que jamais vous faire accompagner pour vous différencier auprès de vos client(e)s, nous sommes à votre écoute. Contenus et Stratégies ne propose pas un service standardisé mais s’adapte de manière ultra-personnalisée au contexte et besoins de ses clients. Ecoute de la complexité de votre marché, de vos objectifs, conseils personnalisés en stratégie éditoriale, digitale, SEO voire refonte de sites web et suivi des étapes franchies ensemble.

En attendant de vous écouter, vous rencontrer et de se projeter ensemble dans l’année 2022 et ses changements encore à venir, nous vous souhaitons à toutes et à tous d’excellentes fêtes de fin d’année.

Fr.N. www.contenusetstrategies.com